LES SECLINOIS MORTS POUR LA France EN 1914-1918

Jean Delattre

ACCUEIL

RETOUR

SUITE

LISTE

 

 

 

 

Deux cent deux noms sont gravés sur le monument érigé à l’ombre de

la collégiale Saint Piat. Ces hommes sont nés ou ont résidé à Seclin et

sont morts pour la France durant le premier conflit mondial, que

savons-nous d’eux 90 ans après le début des hostilités.

Nous connaissons quelques détails pour environ 140 d’entre-eux.

 

Les deux premiers seclinois morts pour la France ont été tués le même

jour, le 22 août 1914, soit moins de trois semaines après la déclaration

de guerre. Arthur Deroubaix est mort à 25 ans à Houdrigny et Raphaël

Duriez à 21 ans en Belgique. Jean-Baptiste Delemazure sera le dernier

Seclinois tué au combat le 4 novembre 1918 (une semaine avant

l’armistice) en Italie à l’age de 29 ans.

 

L’age moyen lors du décès est de 27,5 ans. Le plus jeune est mort à 19 ans,

le plus âgé à 46 ans

 

Les Seclinois des classes d’age de 20 à 23 ans et ceux de 30 et 31 ans sont

les plus touchées par la guerre.

Les Seclinois nés en 1885 et en 1894 (classe 1914 !) sont les plus décimées.

Les années les plus meurtrières furent 1914 (29 morts en 5 mois) et 1915

(55 morts).

 

 

Quinze Seclinois sont morts à l’étranger :

·       2 en Allemagne

·       6 en Belgique

·       1 en Italie

·       5 en Serbie

·       1 en Suisse (dans un hôpital)

 

En France la Marne, la Meuse, la Somme et l’Aisne sont les départements

où le plus grand nombre de Seclinois furent tués. Certains départements

peuvent étonner mais beaucoup sont morts dans des hôpitaux voire lors

de transports.

 

 

 

Sur 146 seclinois, 115 furent enrôlés dans des régiments d’infanterie

(dont 14 au 151° RI, 11 au 1°RI, 5 au 43°RI), 9 dans des régiments de

Chasseurs à pied, 5 dans des régiments de Zouaves, 1 dans un régiment

de tirailleurs, 10 dans des régiments d’artillerie, 7 dans des régiments du génie.

 

Deux cent deux seclinois sont morts durant ce conflit, mais n’oublions pas

que les blessés et les mutilés furent nombreux tout comme les veuves et les

orphelins.

 

D’autres renseignements sont disponibles sur le site :

 

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

 

Les fiches contenant des indications médicales ne sont pas consultables mais

vous pouvez adresser une demande écrite à l’adresse suivante :

Ministère de la défense

Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives

   Sous-direction des archives et des bibliothèques

14 rue Saint Dominique

00450 Armées

 

HAUT